Breadcrumb

Avis d'expert

Partager et collaborer autour des données est clé pour les DRH, particulièrement lorsque les effectifs à gérer sont dispersés géographiquement (et plus encore à l’international).

 

 

Pour 75% des décideurs RH interrogés, il est prioritaire d’avoir une vision unifiée des données RH. Or bien souvent, la multiplication des solutions RH, le manque de connexion entre elles et/ou la gestion en silos de certains processus ne permettent pas d’avoir cette vue à 360° recherchée. Le déploiement d’un « coreHR » va dans ce sens et concerne 41% des organisations des décideurs RH interrogés en 2018. D’ici 2020, ce sont 65% qui devraient avoir investi dans une telle solution offrant un référentiel de données unique et centralisé.

64% des décideurs RH font part de besoins forts en partage de données RH avec d’autres métiers de l’entreprise (ventes, relation client, finances, production, logistique…) que ce soit au niveau des directions elles-mêmes ou des managers opérationnels pour mieux les accompagner dans la gestion de leurs équipes, dans leurs recrutements, les évaluations, etc.

57% de ces décideurs mettent aussi en avant la nécessaire optimisation de la visualisation des données RH. Basées sur des processus liant analyse et interprétation visuelle, les solutions de visualisation de données (« data visualization ») permettent de représenter des données en image significative. En s’appuyant sur le design et les changements de perspectives graphiques et visuelles (couleurs, formes, corrélations multiples…), elles facilitent la résolution de problèmes ou la découverte de solutions jusqu’ici invisibles. Les données sont également plus facilement compréhensibles et exploitables par les gestionnaires RH moins à l’aise avec les outils d’analyse de données. 28% des décideurs RH identifient d’ailleurs la complexité liée à la restitution des données RH comme frein à une gestion optimale de ces données.

Enfin, 57% des décideurs RH interrogés donnent la priorité à la gestion des données RH par les collaborateurs eux-mêmes ; c’est particulièrement le cas pour les données relatives à l’administration du personnel (mise à jour de données personnelles) mais aussi pour la saisie des congés, des notes de frais, les entretiens (avec la possibilité de s’auto-évaluer par exemple). Outre le fait de délester les équipes RH de certaines tâches, cette décentralisation vers les collaborateurs permet de donner davantage la main aux collaborateurs sur leur parcours dans l’entreprise, de les impliquer et de les responsabiliser.