Breadcrumb

Avis d'expert

Concilier les besoins de reporting du siège en respectant le rythme et les contraintes des managers locaux pour la production et la transmission de données RH est tout à fait possible. En particulier avec des solutions en mode SAAS, pensées pour proposer des jeux de données différenciés entre le niveau « Groupe » et le niveau « Filiale ».

  • Entre le siège et les filiales d’un groupe international, les enjeux et les volumétries RH divergent.
  • Le siège a besoin d’un reporting performant à partir de toutes les données produites par les filiales.
  • Les filiales ont des besoins opérationnels particuliers et cherchent toujours la simplicité.
  • Pour réussir cette combinaison, des outils allient puissance et adaptabilité, en plus d’une forte capacité d’automatisation de la remontée d’informations.

Le suivi de l’information RH dans un groupe international dépend de la qualité des données produites par les outils de gestion, et de l’organisation de leur remontée. « Or bien souvent, souligne Jean-Marc Satta, Président de l’éditeur Aragon-eRH, le choix d’une solution corporate, imposé ensuite aux filiales, rend le processus improductif. Le logiciel installé ne satisfait pas les managers locaux, pour lesquels il est surdimensionné en raison du nombre de données à renseigner, donc inadapté à leur fonctionnement quotidien. De plus, les règlementations nationales, en matière de contrats de travail par exemple, ne sont pas bien prises en compte par la version corporate ».

L’expert Aragon-eRH cite l’exemple de Singapour, un État où l’employeur doit posséder des données personnelles sur l’origine ethnique, la race et la religion pratiquée par son collaborateur, informations dont va dépendre le versement de ses cotisations retraites à telle ou telle caisse. « Un groupe international doit dans ce cas s’appuyer sur une solution RH qui permet de traiter ces données dans ce pays… et de les rendre invisibles dans d’autres États où leur inscription dans un fichier serait prohibée » !

 

Simplicité, productivité, adaptatibilité de la solution RH

Certains groupes n’hésitent pas à combiner plusieurs logiciels RH. Ils s’appuient souvent sur leur ERP au niveau du siège, où toutes les données de gestion peuvent être traitées avec une même ergonomie, en utilisant de puissantes fonctionnalités de BI pour l’analyse des indicateurs clés.

Dans les filiales, ils optent pour des solutions plus souples d’utilisation, facilement paramétrables, qui font alors l’objet d’interfaçages spécifiques avec l’ERP Groupe pour organiser la remontée des données de reporting.

« Il est possible d’avoir le meilleur des deux mondes avec un seul et même outil, surtout s’il est accessible sur une plateforme SAAS, ce qui déchargera les équipes internes de l’essentiel de la charge technique », estime Jean-Marc Satta.

 

Des jeux de données différents pour le siège et les filiales

En ce qui concerne le reporting, une bonne pratique consiste à définir un jeu d’une vingtaine de données « groupe », partagées par toutes les filiales, puis à doter chacune d’entre elles d’un jeu de données « local », en sus d’un paramétrage ad hoc de la solution RH, qui va lui permettre de s’affranchir des lourdeurs de certains processus au niveau du siège. « Par exemple, le suivi de la formation des collaborateurs, vu du siège, est essentiellement une affaire de statistiques, avec de grands plans à lancer au niveau mondial, ce qui suppose des circuits de validation contraignants, compte tenu des enjeux économiques et stratégiques. En revanche, du point de vue d’une filiale d’une centaine de personnes, au moment d’envoyer un collaborateur en formation, ce n’est vraiment pas la peine d’activer un workflow complexe pour valider la décision ».

 

Rendre la remontée des informations indolores pour le manager local

Cette version adaptée de la solution RH locale ne doit pas rimer avec opacité pour le siège. « C’est pourquoi il faut rationaliser le lien technique entre les deux jeux de données et automatiser la transmission de celles dont le siège a besoin, en arrière-plan des activités quotidiennes du manager RH de la filiale », conclut l’expert Aragon e-RH. Une manière de concilier le meilleur des deux mondes… pour mieux partir à la conquête du marché international.